• Les médicaments induisent des troubles cognitifs:   Partie1 et Partie2 
    La démence et les délires induits par les médicaments sont généralement attribuées à tort à la maladie médicale sous-jacente ou simplement à la «vieillesse». Mais les patients (et même leurs médecins!) pourraient ne pas savoir que par l’arrêt ou la modification de la posologie de nombreux médicaments fréquemment prescrits, la plupart des patients peuvent être restaurés à un état pré-drogue de la fonction mentale.
     
    Avez-vous parfois le sentiment que vous étiez mieux avant de commencer une nouvelle pilule ?
    Environ 9,6 millions d’Américains âgés subissent des effets secondaires négatifs de leurs médicaments chaque année. Des effets secondaires connus sont traitées comme si ils étaient de nouvelles maladies et des médicaments supplémentaires sont prescrits pour traiter les effets secondaires au lieu d’essayer de les prévenir.
    Plus de deux millions d’Américains sont envoyés à l’hôpital ou gravement blessés par des effets secondaires de chaque année. En fait, avec plus de 100.000 décès chaque année, les réactions indésirables aux médicaments sont une des principales causes de décès aux États-Unis – et bon nombre de ces cas sont évitables !
     

    «L’une des lois tacites de la médecine moderne est de prescrire rapidement un nouveau médicament avant que tous ses effets secondaires apparaissent à la surface » 

    « Ils (l’ industrie pharmaceutique) vous vendent des médicaments dangereux pour gagner de l’argent. Rien d’autre. Si vous pensez que l’ industrie pharmaceutique met des médicaments sur le marché pour vous aider – vous vous trompez lourdement! »

     
    .
    professeur Peter C. Gøtzsch

    . « Nous pourrions sans grande difficulté supprimer 95% des dépenses liées aux médicaments, et nous aurions même une population en meilleure santé. »   « Si nous mettons le fumier de cheval dans une capsule, nous pourrions le vendre à 95 pour cent de ces médecins. »

     ..« L’industrie pharmaceutique a infiltré et corrompu tous les systèmes de santé publique dans le monde à tous les niveaux : médecins, instituts de recherche, publications scientifiques prestigieuses de même que les agences gouvernementales comme la FDA. Très peu de gens tirent avantage des médicaments qu’ils consomment. En fait, les médicaments seraient la troisième cause de décès dans les pays riches…Pour sortir de cette situation intenable, il faudrait rien de moins qu’une révolution : abolition des brevets en pharmacie; interdiction de tout marketing et de toute recherche clinique à l’industrie ; disqualification systématique de tout expert ayant un conflit d’intérêts, qu’il soit financier ou simplement intellectuel. Notre système de santé serait donc menacé non pas par le vieillissement de la population, mais bien par l’explosion de la pharmaceutique. »

    professeur Turcotte fernand

    gwen Olsen et les survivants des médicaments : « Lorsque vous vous rendrez compte de ce qui vous est vendu  comme un «remède» vous vous rendrez compte  comment vous jouez à la roulette russe avec  vôtre vie et celles de vos enfants. » Heller Meria

    200.000 morts par an en Europe par les médicaments ! (déclarés)
    Mais « Les différents pays européens ne remontent qu’1 à 10% des cas. » soit entre 2 000 000 et 20 000 000 morts par en Europe par les médicaments


    "la médecine est devenue folle" (ARTE télé)

    « Les patients sont littéralement torturés par les médicaments qu’on leur donne »
    les autres émissions, reportages, vidéos, sur les médicaments, la médecine et surtout les escroqueries, a ne pas manquer :
    Un somnifère addictif détourné / RTS notre santé est en danger !

     


    votre commentaire
  • Principes des addictions psychiatriques
    ...11. Les médecins qui prescrivent des interventions biopsychiatriques ont en général une estimation irréaliste des risques et des bénéfices du traitement.
    Les interventions biopsychiatriques sont fondées sur le principe du “désemparement et déni iatrogènes” (iatrogenic helplessness and denial, IHAD). Il se réfère au mécanisme qui fait que le patient perd, par la façon dont le traitement est appliqué et par l’effet chimique ou neurologique du traitement, toute capacité d’évaluation de ses réactions, du handicap créé par le traitement, et des assertions du médecin. « Le psychiatre biologique utilise des techniques connues d’autorité et impose des traitements destructeurs du SNC pour obtenir un désarroi et une dépendance accrus du patient. »
    La IHAD implique le déni de la part et du médecin et de la part du patient des dommages créés par le traitement, tout autant que des réels troubles psychologiques et contextuels présents. La IHAD rend compte de la fréquence avec laquelle les traitements par techniques destructrices du cerveau sont utilisés en psychiatrie: électrochocs, psychochirurgie, et médication toxique. Le fait que le traitement détruit des fonctions cérébrales amène la soumission du patient par le biais de la perte de fonctions essentielles telles que la vitalité, la volonté et le raisonnement. Le déni vise non seulement la destruction des fonctions essentielles chez le patient, mais aussi le fait que ses problèmes psychologiques continuent. Ce déni est assorti de confabulation [procédé commun à toutes les addictions avec produit. [le déni est un procédé de défense archaïque (stade oral-anal)]]....

    Les médicaments utilisés en psychiatrie nous font plus de mal que de bien
    Les symptômes de sevrage sont souvent diagnostiquée à tort comme un retour de la maladie ou le début d'une nouvelle, pour lesquelles les médicaments sont alors prescrits. Au fil du temps, cela conduit à une augmentation du nombre d'utilisateurs de toxicomanes, à long terme

    psychrights : « Le but du système public de santé mentale est de créer une classe énorme de malades mentaux chroniques en les forçant à prendre des médicaments inefficaces, mais extrêmement dangereux . »  

    Mythe 1: Votre maladie est causée par un déséquilibre chimique dans le cerveau
    C'est ce qui est dit a la plupart des patiens, mais c'est complètement faux. Nous n'avons aucune idée de ce qui interaction des conditions psychosociales, les processus biochimiques, les récepteurs et des voies nerveuses qui conduisent à des troubles mentaux et les théories que les patients atteints de dépression n'ont pas la sérotonine et que les patients atteints de schizophrénie ont trop de dopamine ont longtemps été réfuté. La vérité est tout le contraire. Il n’y a pas déséquilibre chimique pour commencer, mais quand traiter la maladie mentale avec des médicaments, nous créons un déséquilibre chimique, une condition artificielle que le cerveau tente de contrer.


    votre commentaire
  • Antidépresseur-induites akathisie homicides liés associées à des mutations dans les gènes du métabolisme diminution de la famille CYP450
    Objectif: Examiner la relation entre les allèles variants des gènes CYP450 en 3 (CYP2D6, CYP2C9 et CYP2C19), des médicaments qui interagissent et akathisie chez les sujets visés à une pratique psychiatrie médico-légale à Sydney, en Australie

    exposé de plus de 4800 cas essentiellement criminels

    Les pilules du malheur
    Gavés d'antidépresseurs et d'anxiolytiques, les jeunes Français sont de plus en plus nombreux à tenter de se suicider. Des voix s'élèvent pour dénoncer les tragiques effets secondaires de médicaments mal prescrits

    Conférence : droguer nos enfants a des effets de suicide et d'homicide avec le Dr David Healy et Robert Whitaker
    Dans son intervention Healy offre un mise en accusation puissante concernant le suicide et la violence provoqué par médicaments psychiatriques.
    "les adultes déprimés traités par la paroxétine peuvent être six fois plus susceptibles de présenter des comportements suicidaires que les adultes traités par le placebo"

    Coalition des parents ayant enduré le suicide

    pétition :"S'IL VOUS PLAÎT signer ma pétition réclamant l'abolition du suicide CAUSES par les antidépresseurs"
    Coalition des parents ayant endurés le suicide

    Le Cymbalta, antidépresseur actuellement sur le marché, était testé au cours d’une étude clinique de 6 semaines sur des sujets non dépressifs. Lors de l’étude, il y a eu 11 tentatives de suicide, et 4 suicides effectifs.
    Une étude suédoise estime à 3% le taux de décès par effets indésirables des médicaments. Les antidépresseurs arrivent en troisième position
    ils sont à l'origine de dizaines d'assassinats, des milliers de psychoses et modifient l'esprit de millions d'utilisateurs

    Antidépresseurs, violences et suicides
    Au contraire, les études menées sur certains ISRS (les premières mises en garde dans la littérature spécialisée concernant la Fluoxétine datent déjà de 1983[1]) ont montré une augmentation des passages à l’acte auto- et hétéro-agressifs et ce non seulement chez des patients avec un diagnostic de dépression mais aussi, ce qui est encore plus inquiétant, chez les volontaires sains
    «Ce sont des substances extrêmement dangereuses qui auraient dû être interdites, comme des médicaments similaires ont été dans le passé. Enquêtes fédérales sur la violence induisant des effets de ces médicaments sont très en retard"
    témoignage
    Alerte santé Canada

    Plusieurs effets négatifs connus
    "Quelles peuvent être les répercussions de cette overdose nationale et légale sur le cerveau de millions de gens", se demande-t-il en répertoriant les principaux effets négatifs connus sur le comportement : confusion mentale, désinhibition, dépersonnalisation, troubles de la mémoire, Alzheimer, actes de violence, suicides, infanticides.

    Matt Miller
    suicide induit par une semaine de traitement zoloft

    Antidépresseurs : Les dangers de ces médicaments s’arrêtent à la frontière
    Par quels mécanismes, la sertraline aurait-t-elle pu déclencher cette violence ? Le journaliste Guy Hugnet enquête depuis près de 10 ans sur les antidépresseurs. Il a interrogé David Healy (professeur de psychiatrie et de neuropsychopharmacologie à l’université de Cardiff, expert international des antidépresseurs) sur les effets des ISRS : « En prenant ces traitements beaucoup de gens deviennent hostiles, agressifs, suicidaires, perdent leurs inhibitions. Certains, par exemple, se mettent en tête d’aller acheter des armes. Chacun d’entre nous est sujet à des impulsions qu’il contrôle plus ou moins. Avec ces médicaments, comme avec les street drugs (cocaïne, crack), les gens n’arrivent plus à contrôler leurs impulsions. »
    Ceci est le site de David Carmichael
    qui est devenu délirant / psychotique sur le déroxat /Paxil et croyait que son fils, qui a eu un cas d'épilepsie bénigne, effectivement eu un cerveau endommagé. Maintenant, il est sur ​​une campagne contre le Paxil et d'autres ISRS. 
    Le 30 Septembre 2005, j'ai été jugé «non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux» pour le meurtre de Ian. J'ai reçu une absolution inconditionnelle

    « Antidépresseurs : des placebos potentiellement mortels ? »
     Plus de 2.000 suicides liés au Prozac ont été signalés jusqu’à l’automne 1999 à l’agence états-unienne du médicament (FDA). Ce risque était connu des laboratoires, et lors de procès intentés aux Etats-Unis à la firme GSK, on a appris l’occultation délibérée du risque suicidaire du Déroxat, majoré chez les enfants. Depuis, les antidépresseurs portent un « label noir » aux Etats-Unis et ne peuvent être prescrits en ville qu’aux personnes âgées de plus de 24 ans. En France, certaines estimations parlent de 3.000 à 4.000 suicides par an, liés aux antidépresseurs

    L’antidépresseur peut-il lui aussi induire un comportement violent à l’égard de soi ou d’autrui ?
    Le risque de suicide est connu depuis quasiment toujours : pour des raisons probablement promotionnelles, on a voulu l’oublier avec les nouveaux antidépresseurs (type fluoxétine et apparentés), mais il a fallu se rendre à l’évidence et se rendre compte qu’ils n’étaient pas ces médicaments « miracles » que l’on avait célébrés depuis la fin des années 1980. Pour ce qui concerne la violence à l’égard des autres, l’une des plus récentes études disponibles[1] identifie plusieurs dizaines de médicaments hautement suspects, dans lesquels on retrouve certes des benzodiazépines : mais le risque de loin le plus net semble lié aux médicaments qui augmentent la disponibilité de la sérotonine ou de la dopamine au niveau du cerveau, à savoir et comme par hasard les nouveaux antidépresseurs (fluoxétine et apparentés) et, plus encore, la varénicline (sevrage tabagique).

    Stop a la violence par entidépresseurs qui dégénère
    la campagne de kurt

    L'histoire de Kurt a commencé 17 jours plus tôt quand il a été prescrit le médicament Prozac par un médecin généraliste (qui n'a pas pu effectuer tous les tests psychologiques). Peu de temps après avoir commencé à prendre son ordonnance Prozac, Kurt, un adolescent normalement sortant, est devenu retirée et déprimé.Il s'est battu avec son meilleur ami et délibérément écrasé son camion dans un mur de pierre. Ce fut, pour dire le moins, hors de caractère pour Kurt.
    Malheureusement, seulement dix-sept jours après sa première dose de Prozac, Kurt a tiré et a tué son père, la seule personne qu'il aimait le plus au monde. Le tournage a été un choc complet et n'avait aucun sens pour quelqu'un qui connaissait Kurt et son père.
    Il était clair que le Prozac avait causé, un changement radical violent Kurt. En dépit de ce fait, Eli Lilly & Co., le fabricant du Prozac, a affirmé que son médicament ne doit pas provoquer un comportement agressif.À la suite de cette demande et indépendamment du fait que Kurt n'avait aucun antécédent de violence avant le Prozac, il a été reconnu coupable du meurtre de son père et a été condamné à 22,5 à 60 ans de prison.
    Enfin, en 2004, huit ans après la condamnation de Kurt, la Food and Drug Administration (FDA) a reconnu que les soi-disant antidépresseurs ISRS, y compris Prozac peut provoquer des comportements suicidaires et / ou violents en particulier chez les adolescents et les enfants. En outre, il a été révélé que Eli Lilly & Co. dissimulés données de 1988 qui reliaient Prozac à la violence. Forts de cette nouvelle preuve que nous espérons gagner Kurt d'un nouveau procès. Notre objectif est d'obtenir justice pour les deux Kurt et son père.
    le Paxil pouvait entraîner 6 fois plus de risques de causer le suicide chez des adultes que la prise d'un placebo. Glaxo fait face à des milliers de poursuites...tels que l'accoutumance, la dépendance et un syndrome de sevrage sévère

    Deux jeunes garçons qui ont eu "la chance" de se voir offrir des échatillions gratuits de l'antidépresseurs Zoloft sont aujourd'hui en prison
    En 2003, aux États-Unis, l’industrie pharmaceutique a distribué l’équivalent de 16.4 miliards de dollars en échantillons gratuits aux médecins. Ces échantillons sont littéralement responsables de la mort d’innocents. Deux jeunes garçons qui ont eu « la chance » de se voir

    Le risque suicidaire induit par les antidépresseurs et les neuroleptiques est un fait connu en clinique depuis l’extension dans la population générale de la prescription de ces drogues mais restait jusqu’à présent sujet à controverses. L’hypothèse prévalente était que le risque de suicide, majeur autour du 10e au 14e jour de traitement, était dû à la levée du ralentissement psychomoteur et donc à l’activation du patient dépressif, qui précéderait l’amélioration de son humeur et la disparition de ces idéations suicidaires. En d’autres termes, le patient retrouverait juste assez d’énergie pour mettre en acte ses idées suicidaires.
    Le rôle des médicaments psychiatriques dans les affaires de violences, suicides et meurtres
    En juin 2001, un jury au Wyoming a déterminé que la drogue Paxil / déroxat, un antidépresseur a fait tuer un homme son épouse, sa fille et sa petite-fille avant de massacre lui-même. Le jury a attribué à la famille survivante $8 millions dans les dommage

    il est raisonnable de penser que le prozac peut-être associé à 156.060 décès par suicide et 2 520 000 réactions indésirables
    Les individus, âgés de 25 ans et au-dessus, qui prennent des médicaments ISRS doivent savoir qu'ils ne sont pas à l'abri du risque suicidaire (voir ci-dessus) ou les nombreux effets secondaires associés à ces médicaments. Les effets secondaires courants comprennent l'anxiété, la dépression, maux de tête, douleurs musculaires, douleurs à la poitrine, nervosité, insomnie, somnolence, faiblesse, changements de la libido, tremblements, bouche sèche, irritée estomac, perte d'appétit, des étourdissements, des nausées, des éruptions cutanées, des démangeaisons, le poids gain, la diarrhée, la perte de cheveux impuissance, la peau sèche,des douleurs thoraciques, de la bronchite, troubles du rythme cardiaque, des contractions musculaires, l'anémie, l'hypoglycémie et la thyroïde faible., 
    Prozac seule a été associée à plus de 1.734 décès par suicide et plus de 28.000 réactions indésirables

    D’autres antidépresseurs largement prescrits sont dangereux potentiellement. Certes si les effets secondaires sont fréquents, les drames sont rares mais le jour où ils arrivent, il est trop tard. Le risque est établi. Par exemple le prozac ou fluoxétine a des effets similaires à la cocaïne sur la sérotonine de notre cerveau chez certaines personnes. Dans son dossier d’AMM à la FDA le responsable de l’évaluation des effets secondaires du prozac notait un profil similaire aux amphétamines. Le résultat d’une étude parue dans une grande revue de pédiatrie américaine montre l’augmentation du risque de suicide ou de tentative chez les patients sous antidépresseurs : ce travail a répertorié les suicides et tentatives pendant 9 ans sur une cohorte de plus de 20 000 enfants et adolescents traités pour dépression (10 -18 ans). Ils n’ont pas vu de différences significatives entre la fluoxetine[6] (Prozac), le citalopram (Seropram), la fluvoxamine (Floxyfral), la paroxetine (Deroxat) ou la sertraline (Zoloft) qui sont tous à risque de favoriser les tentatives de suicide.

    « Tout les groupes de médicaments psychotropes peuvent déclencher la violence jusqu'à et y compris l'homicide."
    Breggin affirme que médias de l'establishment "ignore les preuves scientifiques reliant médicaments psychiatriques et les comportements violents parce que la psychiatrie est la religion des grands médias, et ils ne veulent pas voir les dangers des drogues psychiatriques prescrits."
    ...
    « La violence et les autres comportements potentiellement criminels causés par les médicaments sur ordonnance sont le secret le mieux gardé de la médecine », dit Healy dans un communiqué le mois dernier . "Jamais auparavant dans les domaines de la médecine et le droit ont-il eu tant d'événements avec des données tellement dissimulée et si peu de compétences spécialisées."

    antidépresseurs : a qui profite le crime ?
    colère face à ces médecins

    "Dans de trop nombreux cas, les médicaments psychaitriques cause ou contribuent à des actes horribles de violences"
    Les survivants et les familles des défunts ont poursuivi Eli Lily pour négligence dans le développement et la commercialisation du prozac et le procès a débuté en 1994. Un consortium d'avocats et une cour Indiana m'avait nommé comme expert médical et scientifique depuis plus de 100 poursuites en responsabilité de produits combinés contre Eli Lilly concernant la violence et le suicide causé par Prozac.

    « Antidépresseurs : des placebos potentiellement mortels ? »
    Plus de 2.000 suicides liés au Prozac ont été signalés jusqu’à l’automne 1999 à l’agence états-unienne du médicament (FDA). Ce risque était connu des laboratoires, et lors de procès intentés aux Etats-Unis à la firme GSK, on a appris l’occultation délibérée du risque suicidaire du Déroxat, majoré chez les enfants. Depuis, les antidépresseurs portent un « label noir » aux Etats-Unis et ne peuvent être prescrits en ville qu’aux personnes âgées de plus de 24 ans. En France, certaines estimations parlent de 3.000 à 4.000 suicides par an, liés aux antidépresseurs

    Les pilules du malheur
    Gavés d'antidépresseurs et d'anxiolytiques, les jeunes Français sont de plus en plus nombreux à tenter de se suicider. Des voix s'élèvent pour dénoncer les tragiques effets secondaires de médicaments mal prescrits

    meurtres et suicides sous antiddépresseurs
    témoignages et articles

    Violence, homicides, agressions : effets secondaires de 31 médicaments tels que Champix, antidépresseurs, sédatifs / hypnotiques, Ritaline…
    Un article paru le 15 décembre 2010 dans la revue en libre accès PLoS One (Public Library of Science) sous le titre « Prescription Drugs

    2 commentaires
  • Le site des familles des victimes du massacre de Colombine
    scholl shootings

    Les psychotropes derrière les massacres scolaires aux Etats-Unis

    «Environ neuf fusillades sur dix  dans les écoles et des fusillades de masse impliquent ces médicaments et on peut envisager alors qu’au moins une proportion significative de ces cas ont été causés par les médicaments »

     

    exposé de plus de 4800 cas essentiellement criminels


    Nous demandons à l'administration Obama pour:
    lancer une enquête fédérale pour la relation entre les fusillades dans les écoles et les médicaments psychiatriques.

    Isepp appelle à une enquête fédérale sur le lien entre les psychotropes et les meurtres de masse
    pétition

    Stop a la violence par entidépresseurs qui dégénère
    la campagne de kurt

    COALITIONS DES PARENTS AYANT ENDURES LE SUICIDE
    violences a l'école


    votre commentaire
  • liste et liens d'antidepressantsfacts (Pays bas)
     
    Sertraline, un inhibiteur de la recapture de la sérotonine, a été utilisé pour traiter la dépression et a rarement été associée au parkinsonisme
     
    Les dossiers de la Food and Drug Administration sur Zoloft, Paxil, Prozac et autres révèlent ces médicaments ont peu d'avantages et de nombreux effets secondaires.
     
    Alerte santé Canada
     
    les réactions extrapyramidales associés à l'ISRS sont moins bien connus.
     
    Pub med
     
    Récemment (1998), la sertraline ISRS a également été associée à émergente syndrome extrapyramidal traitements (EPS) des effets secondaires
     
    Parmi les 71 cas de SSRI induite EPS rapportés dans la littérature, l'effet secondaire le plus commun était l'akathisie (45,1%), suivi par la dystonie (28,2%), parkinsonisme (14,1%), et comme les États-tardive dyskinésie (11,3 %).

    Zoloft s'est souvent révélé pas plus efficaces que le placebo (une substance inerte comme une pilule de sucre) . Cela ne veut pas dire que la drogue n'a pas d'effet --, et donc, pas d'effets secondaires.
     
    Pub med
     
    L'incidence réelle de syndrome sérotoninergique est sous éstimé : plus de 85% des médecins n'étaient «Pas au courant de la sérotonine Comme un syndrome clinique de diagnostic. "
     
    Le syndrôme prolongé de sevrage aux antidépresseurs peut duré des années après l'arrêt total des antidépresseurs


    zoloft
    monographie

    la vérité sur les antidépresseurs, antipsychotiques et comment nous avons été trompés L'expérience trouva que Zoloft, millepertuis et le placebo toutes produit des effets équivalents. Toutefois, la conclusion précise, « cette étude ne parvient pas à confirmer l'efficacité de H perforatum dans la dépression majeure à modérément serveur. » Ce que n'ont ils pas précisé ? Ils ont négligé d'Etat, "cette étude ne parvient pas à confirmer l'efficacité de Zoloft à modérément sever dépression majeure. » Pourquoi ont-ils choisi de souligner que le millepertuis a travaillé seulement ainsi qu'un placebo, mais pas le signaler pour l'antidépresseur ? C'est peut-être la préférence pour les drogues annoncées subtile, peut-être inconsciente qui résulte de l'effet de simple exposition. (page 99)


    votre commentaire
  • exposé de plus de 3900 cas essentiellement criminel

    "Ce sont des substances extrêmement dangereuses qui auraient dû être interdites, comme des médicaments similaires l'ont été dans le passé
     
    zoloft, prozac : Les deux médicaments ont été impliqués dans des crimes et des suicides tragiques, principalement aux États-Unis.
     
    «Ce sont des substances extrêmement dangereuses qui auraient dû être interdites, comme des médicaments similaires ont été dans le passé. Enquêtes fédérales sur la violence induisant des effets de ces médicaments sont très en retard"
     
    ils sont à l'origine de dizaines d'assassinats, des milliers de psychoses et modifient l'esprit de millions d'utilisateurs
     
    Film et Interview avec le réalisateur - Robert Manciero
     
    Pour l'abolition du suicides causés par les antidépresseurs
     
    témoignages et techniques
     
    témoignage
     
    Kurt n'est pas le seul
     
    Brynn apparemment devenu accro à plusieurs types de médicaments sur ordonnance, et a également pris le Zoloft, un antidépresseur utilisé pour lutter contre les émotions extrêmes


    tortures sur ordonnances
    témoignages

    Le site des familles des victimes du massacre de Colombine
    scholl shootings

    Une femme Oconomowoc qui a été accusé mardi d'avoir poignardé à mort son bébé a déclaré aux autorités qu'elle entendait des voix
    Dana Hooper a aussi indiqué qu'elle avait souffert de dépression post-partum et son nouveau médicament, la sertraline avait "sa foiré",

    Ceci est le site de David Carmichael qui est devenu délirant / psychotique sur le déroxat /Paxil et croyait que son fils, qui a eu un cas d'épilepsie bénigne, effectivement eu un cerveau endommagé. Maintenant, il est sur ​​une campagne contre le Paxil et d'autres ISRS. 
    Le 30 Septembre 2005, j'ai été jugé «non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux» pour le meurtre de Ian. J'ai reçu une absolution inconditionnelle


    votre commentaire
  • un système mis en place pour protéger le public (FDA) a été acheté et payé par les compagnies pharmaceutiques puissantes et transformé en une arme médicale de destruction massive

    Il est décédé après la prise du médicament sur un total de 5 semaines à la dose étant doublée shortely avant sa mort. Il a reçu l'antidépresseur de son médecin généraliste pour insomnie
      Ce blog est sur ​​la ISRS-antidépresseurs Zoloft et CONTRE PFIZER! J'ai décidé de lutter contre Pfizer et raconter mon histoire au public. Ma femme a pris le Zoloft, un antidépresseur ISRS fabriqué par la société pharmaceutique Pfizer. Au moment où elle a pris le médicament, la notice n'a pas prévenu que ZOLOFT peut rendre les gens suicidaires. Je blâme le médicament de sa mort, parce qu'elle aimait en direct et n'aurait jamais fait cela. Elle avait tant de projets pour l'avenir. Les documents médicaux montrent qu'il est très probable, qu'il y avait une relation de cause à effet entre le médicament Zoloft et son suicide.
     
    La victime du zoloft (12 ans) a été reconnu coupable d'assassinat et condamné à 30 ans de prison sans possibilité de libération conditionnelle.

    christopher Pittman
    forum
     
    À 12 ans, on lui a prescrit Zoloft et, peu de temps après le démarrage, Christopher a tué ses deux ses deux grands-parents alors qu'il souffrait d'hallucinations.
     
    Ces crimes ont été commis alors que Christopher était sous l'influence du Zoloft, avoir une réaction indésirable à un médicament pour adultes prescrits pour lui qui n'était pas approuvé pour les enfants jusqu'à l'âge de 18 ans.


    Emiily
    suicide induit par la zoloft

    Matt Miller
    suicide induit par une semaine de traitement zoloft

    Anne Nacci victime du zoloft
    zoloft de Pfizter, une autre pilule du malheur dangereuse

    Brandon Ferris victime du zolft
    Ma ans beau-fils 16, Brandon Ferris, s'est suicidé, le 22 Juillet 2001, environ 3 semaines après avoir commencé à prendre l'antidépresseur ISRS connu comme le Zoloft.

    Julie
    victime du zoloft


    votre commentaire
  • docteur Lucire yolande (expert)

    «effets similaires de la fluoxétine à ceux de la cocaïne sur la sérotonine»"
     
    professeur Healy david : La dépendance et les symtômes de sevrage à l'égard des antidépresseurs a été reconnue depuis le début des années 1960.
     
    "Le doute n'est plus de mise. Les antidépresseurs les plus prescrits ne sont guère plus efficaces qu'un placebo"

    votre commentaire
  • la vérité sur les antidépresseurs, antipsychotiques et comment nous avons été trompés

    Entre 1999 et 2001 de Pfizer a mené deux études visant à déterminer l'efficacité de l'antidépresseur Zoloft dans le traitement de la dépression chez les enfants. Aucune étude a constaté que le médicament a fonctionné mieux qu'un placebo. Néanmoins, en 2002, la société pharmaceutique demandèrent la FDA doit approuver l'utilisation de Zoloft par les enfants. La FDA a refusé de le faire. Pendant ce temps, en raison de ses divers efforts de marketing, médecins dans toute l'Amérique a commencé à prescrire Zoloft et autres antidépresseurs non homologués pour les enfants de toute façon. (C'est stupide, mais pas illégal). Plus 10 millions de ces "off-label" antidépresseur ordonnances ont été rédigées pour les enfants dans la seule année 2002. Pfizer a su leur médicament Zoloft n'a pas démontré d'aider, mais s'est avéré mal à des enfants. La FDA savait aussi que ces faits, mais Pfizer ni la FDA jamais révélé au public les résultats de la recherche (à l'exception des données publiées par la FDA en vertu du Freedom of Information Act demandes.) 

    Puis, quelque chose de vraiment mystérieux s'est produite. Pfizer a combiné les résultats de deux études, jonglé avec les statistiques et a publié un article qui trouve que Zoloft a été efficace dans le traitement de la dépression chez les enfants. Cet article est paru dans l'un des plus prestigieux journaux du monde, le Journal of American Medical Association. Greg Walden, le membre du Congrès de l'Oregon, a été clairement sceptique. Il a demandé la Pfizer représentant d'expliquer comment deux études individuelles qui trouve que la drogue n'a pas fonctionné tout d'un coup, lorsqu'il est combiné, de conclure que le médicament a très bien fonctionné. 

    Walden : Et est-ce exact que ni étude a montré l'efficacité ? Pfizer : Il est exact qu'aucune étude a montré une différence statistiquement significative entre le Zoloft et le placebo. 

    Walden lire puis de la JAMA article qui annonce le Zoloft "s'est avéré plus efficace que le placebo. » « Comment êtes-vous arrivé à cette conclusion? » Walden a demandé. Le représentant a tenté d'expliquer pourquoi ce n'était pas illogique de Pfizer, mais Walden ne pas l'acheter. Pas plus que Henry Waxman, membre du Congrès de la Californie.  Waxman : Donc ce n'est pas vrai que vous mis en commun de deux études négatives et publiées comme positif. Pfizer : C'est vrai, mais c'était une décision scientifique qui a été faite avant que nous savions quel serait le résultat. (page 158-159)  Une telle étude a été réalisée par le département de psychiatrie et des Sciences du comportement à l'Université Duke. Les chercheurs ont utilisé 156 hommes et femmes âge 50 ans ou plus qui avait été diagnostiqué souffrant de dépression majeure et ensuite aléatoirement dans les un exercice uniquement, groupe un antidépresseur seul (ils ont reçu l'antidépresseur Zoloft, l'antidépresseur le plus prescrit aux Etats-Unis) ou d'un groupe d'exercice plus antidépresseur. Ceux du groupe seul exercice devaient obtenir 30 minutes d'exercice trois fois par semaine. Après 16 semaines, quand les niveaux de dépression ont été évaluées à nouveau, on a constaté qu'aux sportifs qu'il avaient amélioré autant que les deux autres groupes. 

    Mais ce n'est pas la fin de l'histoire. A dix mois (six mois après que la première étude a été conclue), la dépression a été évaluée une fois de plus. Les chercheurs ont été surpris de constater que le groupe qui a été demandé d'exercer a fait une amélioration plus que les deux autres groupes. Et non seulement les patients pratiquant à l'exercice seul gar mieux émotionnellement à 10 mois, ils étaient beaucoup moins susceptibles d'avoir eu une rechute dans la dépression grave. Le taux de rechute élevé associé aux antidépresseurs n'est pas annoncés, donc vous ne pouvez pas même être conscient qu'il n'est pas du tout rare. 

    Pourquoi seul exercice s'avérerait pour être encore mieux que l'exercice et le Zoloft ? Les chercheurs ont admis qu'ils étaient très surpris par cette découverte inattendue. « On a supposé que combiner l'exercice avec des médicaments aurait, si quoi que ce soit et effet additif. » Les chercheurs ont émis l'hypothèse que prenant des antidépresseurs pourrait en fait avoir ébranlé l'aspect important de vaincre la dépression. Comme ils disent, au lieu de patients pensant, "j'étais dédié et a travaillé avec le programme d'exercices ; Il n'a pas été facile, mais j'ai battu cette dépression,"ils ont perdu le bénéfice de sentiment, ils ont fait une importante réalisation sans drogue et pensaient au lieu de cela, « J'ai pris un antidépresseur et s'arrête pas là. » (page 173-174)


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Les conseils du site de kurt :

    Genelex Corporation a fait des tests d'ADN depuis des années.
    Il offre maintenant un test que vous pouvez faire à la maison pour voir si vos gènes vont permettre à votre corps pour traiter certains médicaments / y compris, mais sans s'y limiter: Prozac / Paxil / Zoloft / Luvox / Celexa / et Zyprexa.
    «Un pourcentage élevé de la population a les défauts de ces systèmes de traitement enzyme / et ne traite pas les médicaments comme prévu /" dit Howard Coleman / Genelex fondateur. Le Journal de l'American Medical Association estime que plus de 100/000 personnes meurent dans les hôpitaux chaque année à partir de réactions indésirables aux médicaments. Ces réactions médicamenteuses peuvent aller de simples effets secondaires comme la diarrhée à des réactions médicamenteuses mortelles / y compris les tendances suicidaires et les comportements violents.
     
    C'EST FACILE
    Quatre prélèvements frotté contre la joue de recueillir du matériel génétique.  Après les prélèvements sec / vous emballez-les dans une enveloppe et l'envoyer au laboratoire Genelex à Seattle. Vous recevrez vos résultats dans une affaire de jours.


    BONNES NOUVELLES POUR LES DÉLINQUANTS ISRS
    Le test peut indiquer si un délinquant ISRS souffre d'un déficit enzymatique / ce qui les rend particulièrement sensibles aux effets délétères d'un antidépresseur.Un résultat positif peut être utilisé à l'appui d'une demande d'intoxication involontaire, alors que / ils souffrent d'un état ​​physiologique qui les rend anormalement sensibles à une substance hallucinogène légale.
      Philips E. Hassman / annotation / «Quand Intoxication considérées comme involontaires afin de constituer une défense à une accusation criminelle,"

    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  •  


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Tout d'abord, quelques faits :

    - Jusqu'à l'avènement des médicaments psychiatriques de Big Pharma, la plupart des gens qui souffraient d'un épisode psychotique (schizophrénie) guérissaient.

    - Jusqu'à l’arrivée du Lithium, le trouble maniacodépressif était si rare qu’à peine une personne sur cinq à dix mille en était atteinte, et presque toutes se rétablissaient. De nos jours, un Zunien sur 20 à 50 est diagnostiqué de cela et drogué pour. C’est désormais considéré comme une affection permanente.

    - En 2007, le nombre d'enfants handicapés mentaux était 35 fois plus élevé que le nombre de 1990.

    - Jusqu’à ce que les gens soient drogués pour la schizophrénie, leur espérance de vie était identique à celle des autres. De nos jours, toute personne diagnostiquée peut s’attendre à voir son espérance de vie réduite de 25 ans. Cela signifie qu’un homme qui aurait pu espérer avoir une durée de vie typique, aujourd'hui de 78 ans en Zunie, est susceptible de vivre seulement 53 ans s'il est traité avec des antipsychotiques.

          Ce sont des faits abasourdissants, mais ils sont tous fidèlement et minutieusement confirmés dans le brillant ouvrage de Robert Whitaker, Anatomy of an Epidemic [Anatomie d'une épidémie] (1), ainsi que dans plusieurs livres du docteur Peter Breggin. Ce problème me touche directement. Il m’a été difficile d'écrire sur ce sujet, car la personne atteinte n'est pas moi, mais quelqu'un bien-aimé, qui a été changé par Big Pharma, la psychiatrie et la médecine moderne.


    Mais ce qui arrive aux gens doit être dit, surtout maintenant, pour nos enfants. Bien trop de vies sont totalement brisées par des traitements médicaux qui, à mon avis, peuvent être seulement qualifiés de malveillants.

    Vérité sur les drogues psychiatriques


    La psychiatrie s’est ingéniée à se faire passer pour une vraie médecine, à l'instar des autres professions médicales, comme la gastro-entérologie et la neurologie. Pour parvenir à cet objectif, la décision fut prise de soutenir que la maladie mentale a des causes physiques et est soignable avec des médicaments. L'American Psychiatric Association (APA), le National Institute for Mental Health (NIMH), et la National Alliance for the Mentally Ill (NAMI), s’associèrent avec Big Pharma pour convaincre le monde que le haut est en bas et que le noir est blanc.

          En dépit du manque absolu de preuve, ils affirmèrent que les gens souffrent de problèmes mentaux parce qu'ils ont le cerveau malade – leur cerveau détraqué souffre de déséquilibres chimiques. Des années et des années de recherches, certaines brillantes, tentèrent de prouver que le cerveau des malades est à l'origine des troubles mentaux. Ils ne purent jamais le faire, mais ça ne fit aucune différence. Les études prouvant le contraire furent manipulées pour donner l'impression qu'elles montraient des différences physiques ou chimiques dans le cerveau des gens atteints de maladies mentales.


    Ce n'était rien d'autre qu'un mensonge. Il n'y avait pas une once de vérité. Pas le moindre indice ne montrait que les gens avaient une anomalie cérébrale lors des premiers diagnostics de maladie mentale. Il importait peu que le diagnostic soit dépression, psychose maniacodépressive, schizophrénie, ou la foule de nouveaux diagnostics dont il fut fait étalage comme excuses pour prescrire des psychotropes.

          Seulement, à présent, il y a du vrai en cela. C’est la véritable tragédie du crime de la psychiatrie : Aujourd'hui, dès que les gens commencent à prendre des psychotropes, le mensonge initial devient vérité. Les drogues endommagent le cerveau, et tout indique que c'est permanent. Ces dommages cérébraux donnent d’authentiques troubles du cerveau, qui engendrent ces mêmes symptômes pour lesquels les drogues sont prescrites.

    La psychiatrie est à l'origine de l’immense majorité des maladies mentales.

          (1) Anatomy of an Epidemic, de Robert Whitaker, publication de Broadway Paperbacks, Crown Publishing Group, 2010, pp 172-204.

    L'ampleur de cet holocauste iatrogène, médicalement induit, était quasi-inconcevable avant que Big Pharma et la psychiatrie ne décident de s'en prendre aux enfants. Aujourd’hui, nous ne savons pas encore exactement le degré de calamité cela atteindra. Si l'on considère les énormes dommages fait au cerveau adulte, que doit-il arriver au cerveau des enfants ? De combien sera réduite leur vie, après que sa qualité ait été quasiment détruite ?

    Maniaco-dépression : Antidépresseurs et antipsychotiques Considérez que les enfants sont maintenant livrés à cette magouille de drogue mentale. De combien sera réduite leur vie, et dans quel état la passeront-ils ? Merci aux semblables du Dr Joseph Biederman, qui, selon Whitaker, « ont spécifié le cadre du diagnostic qui a rendu possible [le diagnostic des enfants atteints de psychose maniacodépressive]. » Nous avons un très grand nombre d'enfants diagnostiqués à tort, puis droguée avec les psychotropes les plus puissants et nocifs imaginables – et pire, avec des cocktails de ces drogues. Ces enfants deviennent inévitablement de plus en plus malades. Parfois à peine à l’âge de deux ans, à cause d'un diagnostic bidon, leur vie est brisée. Ils deviennent juste du fourrage pour l’industrie mercantile du gros business pharmaceutique et médical. La psychiatrie couvre bien sûr d’une manière retorse ce qu'elle fait à ces enfants. Ils changent simplement la description de l'évolution naturelle de la « maladie » qu'ils ont définie. Au lieu de reconnaître que la plupart des gens se rétablissent, ils disent à présent qu'il n'y a aucun espoir de guérison. Ils disent maintenant naturel ce qu'ils ont créé. Voilà le vrai terrorisme. Le système médical moderne a décidé que les gens qu'il est censé servir sont sans valeur, que leur but est de servir de pâture à l'insatiable machine à produire des bénéfices qu'il est devenu.

    La psychose maniacodépressive est un excellent exemple des changements dans le cours naturel perçu de la maladie mentale. Il y a exactement 50 ans, avec à peine un cas sur cinq à vingt mille personnes, la psychose maniacodépressive était extrêmement rare. La plupart des victimes, vraisemblablement pas moins de 80%, connaissaient un seul incident et retournaient à la vie normale. Or, aujourd’hui, pas moins d’un individu sur 20 à 50 est diagnostiqué maniacodépressif, et, comme Whitaker le démontre clairement dans Anatomy of an Epidemic, la seule explication possible implique l’action des drogues données pour la dépression et la psychose. Le pronostic désormais avancé pour la psychose maniacodépressive, c’est qu'elle est permanente. Les psychiatres ne donnent généralement pas l’espoir d'y échapper !


    votre commentaire
  • La cocaïne agit en bloquant la recapture de certains neurotransmetteurs comme la dopamine, la noradrénaline et la sérotonine.

    Principes des addictions psychiatriques (Toxic psychiatry)
     
    L'effet des antidépresseurs peut se rapprocher de celui de l'ecstasy qui provoque le relâchement de grandes quantités de sérotonine aux terminaisons nerveuses des neurones

    votre commentaire
  • France : 0 !!!!!!!!!!!! Il ne faut jamais faire confiance à un expert français en matière de psychotropes !!!!!!! Le négationnisme généralisé, l'incompréhention volontaire et une volonté de minimisation maximum des graves symptômes qu'engendrent les psychotropes sont systèmatiques avec l'appuis total et entiére des médecins de la sécurité sociale.

    docteur yolande Lucire
    Questions médico-juridiques (Australie)

    David Healy (professeur de psychiatrie et de neuropsychopharmacologie à l’université de Cardiff, expert international des antidépresseurs) sur les effets des ISRS
     
    INTERNATIONAL COALITION FOR DRUG AWARENESS
     
    Dr Peter Breggin a été actif en tant qu'expert médical dans la négligence et de poursuites en responsabilité de produit, ainsi que les affaires pénales dans lesquelles psychiatriques ou des drogues psychoactives ont contribué à un comportement anormal.

    votre commentaire
  • France : 0 !!!! triste réalité : Il ne faut jamais faire confiance à un avocat français en matière judiciare liée aux psychotropes !!! Ils ne comprennent rien !! et se fient à des médecins experts ripoux de chez ripoux !!

    Vickery & Waldner, LLP

     


    votre commentaire
  • Le cabinet d'avocats californien de Baum Hedlund a déposé une plainte contre Pfizer, au nom d'un médecin de santé publique ou l'infirmière et au nom de "tous les résidents de la Californie qui ont été trompés sur Zoloft
     
    AHRP
     
    Quelque 200 actions en justice ont été déposées contre Eli Lilly, Pfizer et GlaxoSmithKline
     
    Les antidépresseurs ISRS ont été impliqués dans un certain nombre de fusillades dans les écoles
     
    Aujourd'hui, Zoloft génère 2 milliards de dollars en ventes annuelles et est parmi les meilleurs vente de médicaments Pfizer.

    Avocats, class action, condamnation...
     
    antidepressantsfatcs
     
    malformation congénital iatrogène
     
    Il semble que tout le monde sait que Zoloft provoque une augmentation des tendances suicidaires chez les adultes et les enfants
     

    votre commentaire
  • COMMENT EMPECHER VOTRE DOCTEUR DE VOUS TUER **** (anglais uniquement) de docteur Vernon Coleman « La personne qui a le plus de probabilité de vous tuer n'est pas un parent ou un ami ou un agresseur ou un cambrioleur ou un conducteur ivre. La personne qui risque le plus probablement de vous tuer est votre docteur."

    Dans ce récent ouvrage révolutionnaire, Peter C. Gotzsche lève le voile sur les comportements frauduleux de l’industrie pharmaceutique dans les domaines de la recherche et de la commercialisation et sur son mépris moralement répugnant pour la vie humaine. L’auteur établit des rapprochements convaincants entre l’industrie pharmaceutique et l’industrie du tabac et révèle l’extraordinaire vérité derrière les efforts déployés pour semer la confusion et détourner l’attention du public et des politiciens. Il s’appuie sur des données probantes et traite de manière détaillée de l’extraordinaire défaillance du système causée par le crime généralisé, la corruption et l’inefficacité de la réglementation pharmaceutique – une réglementation qui, selon lui, doit être radicalement transformée. « Si nous prenons autant de médicaments, c’est principalement parce que les compagnies pharmaceutiques ne vendent pas des médicaments, mais des mensonges à leur sujet. C’est ce qui fait que les médicaments sont si différents du reste… Tout ce que nous savons sur leur compte, c’est ce que les compagnies ont choisi de nous dire et de dire à nos médecins… Les patients ont confiance dans leurs médicaments parce qu’ils extrapolent la confiance qu’ils ont envers leurs médecins et la reportent sur les remèdes que ces derniers leur prescrivent. Ils ne sont pas conscients que les médecins, s’ils en savent long sur les maladies et la physiologie et la psychologie humaines, en connaissent très, très peu sur les médicaments si ce n’est les informations fabriquées de toutes pièces par l’industrie pharmaceutique… Si vous ne croyez pas que le système est hors de contrôle, je vous invite à m’écrire pour m’expliquer pourquoi les médicaments sont la troisième cause de mortalité… Si une épidémie provoquée par une nouvelle bactérie ou un nouveau virus avait fait autant de victimes – ou si elle avait même causé un centième seulement des décès associés aux effets secondaires des médicaments –, nous aurions tout fait pour la contenir.
     
    l'inquiétante corruption de ces milieux, cause de scandales et de mensonges institutionnalisés : médicaments dangereux (voire mortels), résultats falsifiés, sang contaminé, pollutions diverses, mensonges sur le cancer, le sida, la grippe aviaire, les hormones

    Big Pharma, une industrie toute-puissante qui joue avec notre santé
    "Or les médicaments sont aussi des substances dangereuses, à manier avec précaution. Il y a bien sûr les scandales récents qui ont secoué la France. L’affaire du Mediator n’est nullement une exception, elle est plutôt la règle : on assiste depuis une vingtaine d’années à une avalanche de scandales pharmaceutiques à travers le monde, pour la plupart bien plus graves que celui du Mediator et impliquant quasiment tous les grands laboratoires mondiaux. Étrangement, ces affaires retentissantes n’ont pratiquement pas eu d’écho en France. Sans doute a-t-on considéré qu’il s’agissait de problèmes qui ne nous concernaient pas, un peu comme le fameux nuage de Tchernobyl. Pourtant, les entreprises impliquées sont des multinationales implantées sur notre territoire comme sur le reste de la planète et leurs médicaments étaient (ou sont encore) commercialisés également en France. À l’ère de la mondialisation, les molécules circulent aussi librement que le pétrole ou les courriels."...
    On ne peut plus dire qu’il s’agit de cas isolés de corruption , de quelques « méchants » qu’il suffirait de mettre en prison. Les experts, les scientifiques, les médecins, les politiciens, tous ces gens font simplement leur travail – ils sont même, dans leur grande majorité, bienveillants et de bonne foi. Ce que révèlent les scandales, par leur répétition même, c’est justement cela : la banalité du mal pharmaceutique, son caractère systémique, industriel.
    Il y a quelque chose de pourri au royaume de Médecine , comme il est dit dans Hamlet. Nous le sentons tous obscurément, mais nous hésitons à nous l’avouer. Nous voulons continuer à croire que la médecine est « basée sur des preuves », comme on nous le répète tout le temps, que nos médecins sont vigilants et bien informés, que les agences sanitaires ne permettront plus qu’on nous vende des médicaments inutiles et dangereux. Nous voulons continuer à croire en la médecine, car elle a été porteuse depuis la révolution thérapeutique de la fin du XIXe de tous nos espoirs en une vie longue et sans douleur. Mais cette médecine que nous avons connue n’existe plus.
    Comme on va le lire dans ce livre, les « preuves » sur lesquelles on se fonde pour nous prescrire des médicaments sont couramment biaisées. Les risques sont cachés par les laboratoires . Les médecins reçoivent leur formation et leurs informations de l’industrie pharmaceutique. Les agences sanitaires approuvent de façon désinvolte des médicaments totalement inefficaces, tout en protégeant le « secret commercial » des données négatives fournies par les firmes. À tous les niveaux, le profit des industries passe AVANT l’intérêt des patients.

    Le livre noir des hopitaux
    la visite tient du musée des horreurs.

    L'IMPÉRATRICE NUE ou La Grande Fraude Médicale de HANS RUESCH

    "la médecine moderne est devenue à présent la source primordiale des maladies"

    pharmageddon (anglais) : l'hisoire d'une tragedien par le prof david Healy
    les antidépresseurs - maintenant les médicaments les plus couramment prescrits pendant la grossesse - alors même que les preuves s'accumulent que ces médicaments provoquent des défauts de naissance, le double du taux de fausses couches, et causer un handicap mental chez les enfants nés de mères qui ont été les prendre.
    L'espérance de vie aux Etats-Unis, le pays qui consomme le plus de la dernière des médicaments vitaux est en baisse rapide par rapport au reste du monde. Pour les maladies comme la schizophrénie, nous faisons maintenant 10 fois pire en termes d'espérance de vie que nous l'étions il ya 100 ans.

    Médicaments Meurtriers et Crime Organisé : comment Big Pharma a corrompu la Santé
    Corruption systématique: L’essentiel de l’ouvrage de Peter est consacré à la mise en valeur du fait que l’industrie pharmaceutique a systématiquement corrompu la science en amplifiant les bénéfices et en minimisant les méfaits de ses médicaments. En tant qu’épidémiologiste, ses énormes connaissances et sa passion du détail qui en ont fait un leader mondial dans la critique des études cliniques, Peter est ici sur un terrain très solide. Son nom s’ajoute à celui de nombreux autres, y compris d’anciens éditeurs du New England Journal of Medicine qui ont dénoncé cette corruption. Il montre aussi comment l’industrie a acheté des médecins, des universitaires, des revues, des organismes professionnels, des associations de patients, des départements universitaires, des journalistes, des organismes de régulation, et des politiciens. Ce sont les méthodes mêmes de la mafia.
    Le livre ne permet pas aux médecins ni aux universitaires d’éviter le blâme. En effet, on pourrait faire valoir que les compagnies pharmaceutiques font ce qu’on attend d’elles pour maximaliser les rendements financiers des actionnaires, mais les médecins et les universitaires sont censés avoir une vocation plus élevée.
    Les lois qui obligent les entreprises à déclarer les sommes qu’elles payent aux médecins montrent que de très nombreux médecins sont redevables à l’industrie du médicament, et que beaucoup reçoivent des sommes d’argent pour conseiller les entreprises ou pour donner des conférences en leur nom. Il est difficile d’échapper à la conclusion que ces « leaders d’opinion » sont achetés. Ce sont les « mercenaires » de l’industrie.
    Et comme avec la mafia, malheur à quiconque dénonce ou apporte des preuves qui ne sont pas favorables à l’industrie. ....Il n’est donc pas tout à fait fantaisiste de comparer l’industrie du médicament à la mafia...

    mensonges et vérités de diana Kircsh
    extrait : "voila un exemple flagrant d'une manipulation des statistiques. La plupart des gens ne réalisent pas que l'augmentation de la durée moyenne de vie est surtout le résultat de la réduction du taux de mortalité infantile. Il y a cent ans, beaucoup d'enfants mouraient à la naissance et...Si cette réduction de taux en mortalité infantile est enlevée de l'équation, l'espérance de vie a seulement augmenté de 3,7  années depuis ces derniers 100 ans !"

    Effets secondaires - LA MORT, Sans corruption pas de médicaments (prozac)
    le livre ecrit par John Virapen devoile la corruption pour mise sur marché de médicaments qui vous tuent
    « Ils (l’ industrie pharmaceutique) vous vendent des médicaments dangereux pour gagner de l’argent. Rien d’autre. Si vous pensez que l’ industrie harmaceutique met des médicaments sur le marché pour vous aider – vous vous trompez lourdement! »

    Le livre noir du médicament
    Les antidépresseurs de la famille du Prozac peuvent-ils provoquer les mêmes effets secondaires que le Mediator sur le coeur et les poumons? [...] Un pharmacologue de l’Inserm nous avoue ne pas avoir de données de pharmacovigilance pouvant indiquer des effets secondaires similaires, mais il nous confie que les deux médicaments ont les mêmes mécanismes. Il était donc, selon lui, absurde de prescrire du Mediator à quelqu’un qui prenait du Prozac car les doses ne pouvaient que se cumuler. Le site de la pharmacovigilance européenne révèle que des nouveau-nés dont les mères ont pris du Prozac développent la même maladie que les patients ayant absorbé du Mediator ou de l’Isoméride: l’hypertension artérielle pulmonaire.
    L’Agence européenne du médicament se contente toutefois de conseiller aux mères de signaler à leur sage-femme qu’elles prennent un ISRS [inhibiteurs sélectifs de la recapture de sérotonine: classe d'antidépresseurs de type Prozac]. L’Agence estime que le Prozac multiplie par deux le risque de malformation cardiaque chez le nouveau-né. Au lieu de déconseiller formellement la molécule aux femmes enceintes, elle leur suggère simplement d’en parler à leur médecin qui décidera de la suite du traitement. L’Agence ajoute: « Le mécanisme est inconnu. »

    Le Dr Jerome Kassirer propose un regard inquiétant sur les pots-de-vin que des médecins acceptent des géants de l’industrie pharmaceutique et d’autres fournisseurs. II fait valoir que les milliards déversés par l’industrie ont détraqué la boussole morale de plusieurs médecins, et que ces combines ont miné la qualité des soins que nous prodiguent au jour le jour les médecins et les institutions qui avaient toute notre confiance. Bourré de véritables histoires d’horreurs, ce livre met en lumière les manigances financières entre les grosses compagnies qui fabriquent les médicaments et les médecins qui les prescrivent.

    CONFESSIONS D’UN MEDECIN REVOLTE
    Extrait : « Les médecins sont soumis à une sorte de lavage de cerveau durant leurs études et ils croient presque tous ces mensonges enseignés volontairement. Ils prétendent donc qu’il existe des cellules humaines malignes, dégénérées, appelées cellules cancéreuses. D’après les « experts du cancer » ces cellules malignes doivent impérativement être tuées au moyen de thérapies destructrices. Qu’elles fassent partie d’un ensemble plus grand de cellules, nommé être humain, n’entre évidemment pas en ligne de compte. De même il n’est discuté dans aucune faculté occidentale si les cellules cancéreuses sont réversibles et si elles peuvent de nouveau se différencier en cellules tout-à-fait normales. Un cancérologue connaît l’anatomie et pourra vous dire pourquoi vous avez tel ou tel organe. Mais que sait-il au fond du cancer ? Dans les facultés et les cliniques, il apprend seulement qu’il faut procéder à l’ablation de la tumeur ou la détruire par chimiothérapie ou rayonnement. Et si la théorie de la destruction indispensable de la tumeur était FONDAMENTALEMENT fausse ? Ne vous êtes vous jamais demandé pourquoi 230.000 personnes environ meurent chaque année du cancer en Allemagne MALGRE, dans la plupart des cas, une destruction préalable de leur tumeur ? Avez-vous seulement osé vous demander si tant de personnes ne seraient pas mortes PARCE QUE leur tumeur a été tuée ? Je dis bien tuée !

    je considère le médecin qui pratique la médecine moderne comme le plus grand danger pour la santé
    Le cartel pétrochimie-pharmaceutique facilité par la corruption, l'avarice, la fraude, et l'incompétence du gouvernement, met en danger le futur de l'humanité et d'autres espèces sur cette planète

    Le procès de la mafia medicale°°°°

    Il relance le débat sur les pratiques mafieuses de la médecine conventionnelle.

    "Il y a plus de 2 millions d'hospitalisations et 180.000 décès chaque année aux États-Unis uniquement due à des réactions indésirables aux médicaments"
     
    la médecine est le premier vrai danger pour la santé.
     
    on apprend que tout médicament comporte des risques, qu'une étude effectuée au Québec a révélé que 52 % des prescriptions par ordonnance sont risquées ou dangereuses
     
    Des millions de personnes normales ont ainsi été amenées à croire qu'elles souffrent de pathologies inexistantes et exagérées, telles "la préhypertension", "le désordre d'anxiété généralisée", "le syndrome prémenstruel dysphorique"...
     
    La médecine moderne est gérée par une oligarchie puissante issue des grands groupes chimico-pharmaceutiques qui parviennent à conditionner les choix des gouvernements, des politiques et des institutions de la santé grâce à de prodigieux moyens financiers.

    "Si on pouvait autrefois espérer trouver un jour un traitement pour chaque maladie, nous explique Jörg Blech, les marchands de la santé, aujourd'hui plus que jamais, semblent plutôt vouloir trouver une maladie pour chaque molécule fabriquée. En manipulant
     
    Depuis les affaires des statines, du Viox, de l'Acomplia et du Zyprexa, qui ont occasionné le retrait de plusieurs médicaments,
     
    A voir sur le site : Des videos et livres pour ne pas mourir idiots. (4 pages développent et illustrent le roman. ) CES PAGES SONT A VOIR !

    Le résultat est la mise sur le marché d'un nombre sans précédent de médicament meurtrier sur le marché américain! (et mondial)
     
    " Par exemple, il note que d'un rapport de l'US Food and Drug Administration, a conclu que l'entreprise qui fabrique le somnifère Halcion "vigoureusement cherché à réprimer la publication d'études défavorables et a tenté de réduire au silence les crtiques.
     
    Overdosed Amérique révèle la cupidité et la corruption qui poussent les coûts des soins de santé vers le ciel et menace désormais la santé publique

    En écrivant L’envers de la pilule, J.-Claude St-Onge a ouvert une véritable boîte de Pandore. Tant de choses ne tournent pas rond dans notre système de santé, l’industrie pharmaceutique et nos rapports à la médecine! L’auteur dévoile dans ce nouvel ouvrage le fruit de ses recherches, une mine d’informations fouillées, claires et souvent choquantes. Par exemple : les raisons pour lesquelles tant d’essais cliniques ne sont pas fiables; la démonstration que le fabricant du Vioxx devait savoir que son médicament était dangereux pour le cœur; la portion exagérée du coût des médicaments qui est due au marketing; de nouvelles preuves que les antidépresseurs poussent certains utilisateurs au suicide et qu’ils n’ont pas l’efficacité qu’on leur prête; la démonstration qu’une autre politique du médicament est possible et peut sauver des vies et des milliards de dollars; la façon dont on invente de nouvelles maladies pour nous abonner aux pilules; comment les agences de contrôle jouent à la roulette russe avec nos vies; la constatation que le virus de la grippe aviaire est connu depuis au moins un demi-siècle et qu’il n’a pourtant jamais provoqué la pandémie si redoutée; et une foule d’autres renseignements qui pourraient vous protéger contre les dérives

    Les médecins et infirmières tuent plus de personnes que le Cancer ? 
    Les preuves montrent qu'avec le cancer et les maladies circulatoires, les médecins et infirmières sont maintenant l'un de nos trois meilleurs tueurs ; ils tuent beaucoup plus de gens que les infections (y compris la grippe), les accidents de la route, les terroristes et criminels mis ensemble. Chaque médecin tue chaque semaine plus de gens que les terroristes ont tué dans les 50 dernières années. Le résultat est que les médecins et infirmières maintenant presque certainement tuent plus de personnes que le cancer.

    La médecine est elle devenue folle ?

    Bad pharma
    Les médicaments sont testés par les gens qui les fabriquent, dans des essai cliniques mal conçus menés sur un petit nombre de patients non-représentatifs, et analysés en utilisant des techniques qui sont biaisées, de manière à exagérer les bienfaits des traitements. C’est sans surprise que ces études produisent des résultats qui favorisent le produit testé. Quand les essais cliniques ne donnent pas les résultats escomptés, les données sont cachées des médecins et des patients ce qui laisse une image distordue de la réalité. Ces faits distordus sont communiqués de manière biaisée par des régulateurs et des éditeurs de journaux scientifiques qui sont en conflit d’intérêts, tout comme les associations de patients et les universités. Le résultat est que dans la plupart des cas, nous n’avons aucune idée du traitement qui est le plus efficace.
    Des études cliniques biaisées
    Les pharmas font souvent plusieurs séries de tests, mais excluent les séries dont les résultats ne sont pas positifs. Donc, si dix séries de tests ont été effectuées, il se peut que l’étude publiée et soumise aux régulateurs ne présente les résultats que de trois ou quatre d’entre elles. Par exemple, pour le reboxetine, sept séries de tests ont été faites, mais seulement une a été rendue publique et publiée dans un journal académique. Les six autres sont demeurées dans l’ombre, inaccessible, même si leurs résultats ne montraient aucune amélioration face au placebo.
    Les conséquences négatives des « données manquantes » ne s’arrêtent pas à l’évaluation de l’efficacité ; elles concernent aussi la sécurité des patients. Dans les années 1980, un médicament contre l’arythmie cardiaque, le lorcainide, fut testé auprès d’une centaine d’hommes ayant subi une attaque cardiaque. Le taux de décès fut 9 fois supérieur chez les candidat ayant pris lorcainide que ceux qui ont pris le placebo. L’étude ne fut jamais publiée et les résultats sombrèrent dans l’oubli. Pourtant, à la même époque, les médecins ont commencé à systématiquement prescrire des médicaments anti-arythmie aux gens ayant subi une attaque cardiaque, par mesure de prévention, sans savoir qu’une étude avait démontré que c’était dangereux. Résultat : environ 100.000 personnes sont mortes avant que l’on ne se rende compte que c’était une mauvaise idée. Ces morts auraient pu être évitées si l’étude sur lorcainide avait été publiée.
    Il y a seulement la moitié des résultats d’essais cliniques qui sont publiés, et celles dont les résultats sont négatifs ont deux fois plus de chances de ne pas être publiées. Conséquemment, les informations disponibles aux médecins font en sorte de constamment surestimer les bienfaits des médicaments. Ainsi, comme les médecins sont maintenu dans l’ignorance, les patients sont exposés à des traitements inférieurs, inefficaces, non-nécessaires, plus dispendieux et/ou plus risqués, voire dangereux.

    Le dictionnaire définit le mot charlatan : « vendeur de drogues sur la place publique. Médecin ignorant et impudent. Imposteur qui exploite la crédultié humaine ». Or la vente des drogues sur la place publique fut licite et légale jusqu’en l’an XI de la république, c’est à dire jusqu’en1803. Mais si Tabarin, roi des charlatans, vendait ses drogues, ses baumes et ses onguents sur les trétaux de la place Dauphine avec l’appui des lois, et mourut riche et honoré dans sa seigneurie du Coudray, les marchands de drogues du XXe siècle, vendent aussi légalement leurs produits illusoires avec des procédés de publicité perfectionnés mais peu différents, au fond, de ceux de Tarbarin. Et ils meurent eux aussi, riches et honorés avec la bénédiction de médecins très officiels qui ne dédaignent pas, quelquefois et même assez souvent de prêter leur nom et leurs titres aux marchands d’orviétant. C’est beaucoup plus lucratif, croyez le, que de manier le pendule, et c’est moins dangereux.
     
    L’auteur prend le risque de dénoncer les pratiques frauduleuses de l’industrie pharmaceutique qui nous cache les effets indésirables de nombreux médicaments. En France, des effets secondaires tels qu’hépatite, infarctus, cancer, méningite, impuissance, avortement sont volontairement occultés ! …
     
    Après qu’on eut modifié les critères utilisés pour définir l’ostéoporose, sept millions d’Américaines ont été transformées en patientes, du jour au lendemain. La prolifération du monitorage foetal dans les années 1970 a été associée à une augmentation de 66 pourcent du nombre des femmes à qui l’on a dit qu’elles devaient avoir une césarienne, mais cela n’eut aucun effet sur le nombre de nouveau-nés requérant des soins intensifs ni sur la fréquence de la mortalité des nourrissons. L’introduction du dépistage du cancer de la prostate a résulté en ce que plus d’un million d’Américains se soient fait dire qu’ils avaient un cancer de la prostate, alors que les études cherchant à vérifier s’il s’en trouve quelques-uns qu’on aurait aidés se contredisent, il y a consensus que la plus grande partie ont été traités pour une maladie qui ne les aurait jamais affectés. En tant que société fascinée par les progrès techniques et les percées de la connaissance scientifique, nous avons rétréci la définition de ce qui est normal et nous transformons en patients de plus en plus de bien portants. Les diagnostics d’un grand nombre de conditions, dont l’hypertension artérielle, l’ostéoporose, le diabète et même le cancer, ont explosé au cours des dernières décennies tandis que les décès provoqués par ces maladies sont restés constants
     
    Si vous êtes malade un jour, tout le monde s’intéressera à votre maladie, mais votre santé n’intéresse que vous. Ce livre fait le bilan de notre système de santé actuel, où le médecin ne connaît plus le malade car il est devenu un simple vendeur de médicaments. Il dénonce le lavage de cerveaux organisé par les instances de santé et les médias sous la pression des laboratoires, le dépistage systématique qui ne rapporte, la plupart du temps, qu’à ceux qui «dépistent» et l’abus de médicaments qui suppriment les symptômes et non les maladies. Il aborde la notion de «terrain» et propose de réconcilier la médecine avec le vécu sensible des personnes, de refuser de céder à la peur qui contribue à la défaillance de notre système immunitaire et de savoir qu’il existe des méthodes naturelles qui ont fait leurs preuves depuis des lustres, mais qui restent interdites car elles menacent la santé financière des laboratoires et la pérennité de leur dictature.
     
    Est-il vrai que se faire tester pour trouver un cancer à ses débuts est une des meilleures façons de se garder en santé ? Dans ce livre vivant et bien documenté, un expert renommé en dépistage du cancer conteste une des croyances les plus robustes de la médecine : la meilleure défense contre le cancer est de le traiter tôt. La lecture de ce livre incitera à un peu plus de scepticisme à propos des dépistages les plus communs comme la scanographie du corps, la mammographie et le test de l’antigène prostatique spécifique. Combinant l’expérience de patients et les informations les plus récentes sur les cancers les plus courants, le Dr H. Gilbert Welch montre pourquoi le dépistage du cancer de gens en bonne santé est une épée à deux tranchants : bien que ces tests puissent aider, leur effet est remarquablement minuscule et ils peuvent même faire du tort. S’appuyant sur un domaine peu sinon mal connu de la recherche médicale, il discute des pièges du dépistage : il peut rater des cancers, conduire à des traitements inutiles; le dépistage peut aussi distraire l’attention des médecins d’autres problèmes importants. Les conclusions du DrWelch sont convaincantes, inhabituelles et troublantes : le diagnostic précoce du cancer ne sauve pas toujours la vie, il peut s’avérer très difficile de détecter un cancer à ses débuts et il est des cancers qu’il vaut mieux ignorer.

    votre commentaire
  • Le rôle des médicaments psychiatriques dans les affaires de Violence, Suicide et assassinats

    Effets secondaires - LA MORT, Sans corruption pas de médicaments (prozac)
    le livre ecrit par John Virapen devoile la corruption pour mise sur marché de médicaments qui vous tuent
    « Ils (l’ industrie pharmaceutique) vous vendent des médicaments dangereux pour gagner de l’argent. Rien d’autre. Si vous pensez que l’ industrie harmaceutique met des médicaments sur le marché pour vous aider – vous vous trompez lourdement! »

    Il s’agit d’une mémoire puissante des trois années cauchemardesques que Rebekah a endurées, comme elle a été maintes fois diagnostiquée, seulement pour réaliser que son médicament était la cause de sa détérioration mentale. Rebekah appelle à une meilleure information des entreprises pharmaceutiques sur les risques associés à des antidépresseurs et des classes similaires de médicaments – des faits, plutôt que le marketing déguisé en science médicale.
     
    Le 2 décembre 2004, Mégane, la nièce de Gwen Olsen, se suicide à l’âge de vingt ans en s’immolant par le feu, mettant fin au supplice qu’était devenu son existence, soumise aux effets indésirables de médicaments qui lui avaient été prescrits. Ayant passé près de quinze années à travailler pour l’industrie pharmaceutique en tant que visiteuse médicale, c’est en tant qu’initiée à ce que sont, entre autres, les psychotropes, que Gwen Olsen nous livre ici un témoignage aussi alarmiste qu’éclairant sur les conséquences que peuvent avoir ces médicaments. Mais c’est également en tant que victime de ces derniers, qu’elle a appris à ses dépends ce qu’il pouvait en coûter de se faire prescrire des substances agissant sur la chimie du cerveau. Forte de ce double éclairage de l’intérieur et profondément choquée par le sort de sa nièce Mégane, elle n’a de cesse aujourd’hui, à travers son site Internet (www.gwenolsen.com) et des tournées de conférences à travers les États-Unis, de diffuser une information qui permet à un vaste public de mieux connaître les résultats tragiques de prescriptions abusives concernant, par exemple, les antidépresseurs, anxiolytiques et autres hypnotiques. On pourra arguer que tout cela se passe loin de nous, de l’autre côté de l’Atlantique, dans un pays dont le système de santé a été relégué à la dernière place parmi ceux de dix-neuf nations occidentales. Mais ce que la plupart des gens ignorent, c’est que ce qu’on appelle aujourd’hui le DSM-5, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition (DSM, de l’anglais Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) est conçu en Amérique et traduit en français à l’intention de notre pays, tous les médicaments psychiatriques qu’il induit étant pareillement prescrits et disponibles chez nous.
     
    L'amérique dupée, la vérité sur les antidépresseurs, antipsychotiques et comment nous avons été trompés
    L’Amérique dupé l’histoire non-sensationnelle, fait-remplie de la façon dont les Américains sont venus à croire que la dépression et d’autres problèmes mentaux sont causés par des déséquilibres chimiques qui peuvent être fixés avec des pilules. Il révèle comment les études sur les médicaments utilisés pour obtenir l’approbation de la FDA sont conçus, payés et écrits par les compagnies pharmaceutiques elles-mêmes et sont délibérément trompeur. Partie 1 de l’Amérique Dupé est axée sur les antidépresseurs, leur efficacité et leurs effets secondaires, y compris les dommages permanents au cerveau qui résulte de l’utilisation à long terme dont si peu d’Américains ont aucune connaissance (y compris ceux qui prescrivent et ceux qui prennent des antidépresseurs). La partie 2 traite des différentes approches utilisées à travers l’histoire pour traiter les problèmes mentaux plus graves, y compris l’utilisation des antipsychotiques. Les effets secondaires des antipsychotiques sont également discutés. Partie 3 concerne la façon d’éviter et surmonter les problèmes de santé mentale qui ont augmenté de façon spectaculaire dans notre pays et le faire sans médicaments. Plus de 1800 références au meilleur de la recherche médicale et psychologique sont donnés si chaque page est écrit pour être compris par l’Américain moyen
     
    Les antidépresseurs de la famille du Prozac peuvent-ils provoquer les mêmes effets secondaires que le Mediator sur le coeur et les poumons? […] Un pharmacologue de l’Inserm nous avoue ne pas avoir de données de pharmacovigilance pouvant indiquer des effets secondaires similaires, mais il nous confie que les deux médicaments ont les mêmes mécanismes. Il était donc, selon lui, absurde de prescrire du Mediator à quelqu’un qui prenait du Prozac car les doses ne pouvaient que se cumuler. Le site de la pharmacovigilance européenne révèle que des nouveau-nés dont les mères ont pris du Prozac développent la même maladie que les patients ayant absorbé du Mediator ou de l’Isoméride: l’hypertension artérielle pulmonaire
     
    Antidépresseurs: mensonges sur ordonnance
    Il dénonce la collusion entre laboratoires et experts qui amènent des millions de personnes à prendre ces médicaments aussi efficaces que des placebos mais dont les effets secondaires sont parfois dramatiques.
     
    Le Temps des antidépresseurs
    Les antidépresseurs ont envahi notre vie quotidienne.Ils sont désormais prescrits largement par les médecins généralistes. Mais toute la lumière sur les propriétés et les dangers des antidépresseurs n'a pas été faite. C'est ce que vise ce livre de manière
     
    un livre de gwen Olsen : Lorsque vous vous rendez compte ce qui est vendu à vous comme un «remède» vous vous rendrez compte que vous jouez à la roulette russe
     
    50.000 inutiles suicides attribués au seule Prozac.
     
    Ce que Votre médecin ne vous dira pas sur le Prozac, Zoloft, Paxil, Celexa et Luvox

    Les antidépresseurs, le grand mensonge
    "Irving Kirsch soutient que les médicaments de type Prozac n'ont guère plus d'efficacité que des vulgaires placebos, les effets secondaires en plus. "La différence d'amélioration entre les patients prenant des placebos et ceux prenant des antidépresseurs n'est pas très importante. Cela signifie que les personnes souffrant de dépression peuvent aller mieux sans traitement chimique", explique cet éminent professeur. Ce livre a mis en rage la communauté scientifique et le lobby des laboratoires pharamaceutiques qui jugent irresponsable cette entreprise de démystification... car la France est le premier consommateur au monde de psychotropes.

    Pharmageddon : l'histoire d'une tragédie...les champs de la mort pharmaceutique n'est pas un incident isolé.  L'espérance de vie aux Etats-Unis, le pays qui consomme le plus de médicaments vitaux est en baisse rapide par rapport au reste du monde. . Pour les maladies comme la schizophrénie, nous faisons maintenant 10 fois pire en termes d'espérance de vie que nous l'étions il ya 100 ans.

    Voici la traduction en français de quelques pages exemplaires de cet ouvrage
     
    Anatomie d’une épidémie enquête sur un mystère médical: Pourquoi le nombre d’adultes et d’enfants handicapés par la maladie mentale explosé au cours des cinquante dernières années? Il ya maintenant plus de quatre millions de personnes aux Etats-Unis qui reçoivent un chèque du gouvernement d’invalidité en raison d’une maladie mentale, et le nombre continue à monter en flèche. Chaque jour, 850 adultes et 250 enfants atteints d’une maladie mentale sont ajoutés aux rouleaux d’invalidité du gouvernement. Qu’est-ce qui se passe?

    Drug-Induced démentia : a perfect crime (les médicaments qui induisent la démence : un crime parfait) Repenser les drogues psychiatriques: Un guide pour le consentement éclairé, a souligné le besoin urgent pour les sociétés et les systèmes de soins de santé à reconnaître la nocivité inutile de médicaments psychiatriques, et pour protéger les droits de ceux qui veulent des oins sans drogue .  En misant sur ce même thème, d’origine médicamenteuse démence: un crime parfait présente une analyse méthodique des données scientifiques et épidémiologiques qui confirme les  médicaments psychotropes comme une cause de lésions cérébrales et de décès prématurés. Espérons que ces publications seront utilisées par les profanes, les cliniciens, les avocats et les décideurs politiques à améliorer la qualité et l’intégrité des soins de santé, et de sauvegarder le droit fondamental de tous les patients pour éviter des lésions corporelles injustifiée – en particulier, lorsque ce dommage survient dans le forme de désinformation, frauduleux, et / ou coercitives (involontaire) de soins médicaux.

    L’histoire racontée dans Mad in America va surprendre beaucoup de lecteurs. Dans sa revue de la littérature scientifique, le livre révèle que les études des résultats à long terme des antipsychotiques ont régulièrement montré que les médicaments ont augmenté la probabilité que les personnes diagnostiquées avec la schizophrénie deviennent des malades chroniques. Le livre examine aussi la commercialisation des nouveaux médicaments antipsychotiques atypiques dans les années 1990, et découvre la fraude scientifique au cœur de cette entreprise
     
    Antidepresseur : Les livres en anglais
    Les livres antidepresseur en anglais
     
    Comment la dépression est devenue épidemie
    de Philippe Pignarre Les épidémiologues n’ont jamais vu cela : en 1970, il y avait cent millions de déprimés dans le monde. Aujourd’hui, ils sont près d’un milliard. Entre 1980 et 1989, les consultations pour dépression sont passées aux États-Unis de 2,5 à 4,7 millions.

    tous fou ? de jean claude Saint-Onge
    Une personne en deuil souffrirait de « dépression majeure » si elle n’arrive pas à surmonter son chagrin après deux semaines. Une personne très timide serait atteinte de « phobie sociale » et un enfant qui conteste les adultes et les règles, serait taxé de « trouble oppositionnel avec provocation». Sommes-nous tous devenus fous ? En 60 ans, le nombre de troubles mentaux répertoriés dans le DSM, la « bible » des psychiatres, est passé de 60 à plus de 400 alors que la consommation de psychotropes a augmenté de 4 800 % aux États-Unis au cours des 26 dernières années. Or, cette épidémie de « maladies mentales » est très largement fabriquée, nous explique J.-Claude St-Onge dans cet essai sur l’influence démesurée de l’industrie pharmaceutique sur la psychiatrie.

    Prozac : panacé ou pandore ? Suicide et la mort peuvent se cacher Dans chaque pilule ISRS Je suis Ann Blake Tracy, Ph.D., chef de la Coalition internationale pour la sensibilisation aux drogues. Je suis l’auteur de Prozac: panacée ou Pandora? – Notre cauchemar de la sérotonine et ont témoigné dans des affaires judiciaires impliquant des antidépresseurs pendant 12 ans 1/2. Les 15 dernières années de ma vie ont été consacrées à plein temps à des recherches et à écrire sur les antidépresseurs ISRS. La recherche sur la sérotonine a été clair dès le début que la chose la plus dommageable qui pourrait être fait pour le système de sérotonine serait porter atteinte à sa capacité à métaboliser la sérotonine. Pourtant, c’est exactement ce que les antidépresseurs ISRS exercent leurs effets. Pour la recherche des décennies a montré que le métabolisme de la sérotonine atteinte produira migraines, bouffées de chaleur, douleurs autour du coeur, difficultés respiratoires, une aggravation des plaintes bronchiques, la tension et l’anxiété qui apparaissent de nulle part, la dépression, le suicide – en particulier le suicide très violent, l’hostilité , les crimes violents, les incendies criminels, la toxicomanie, la psychose, la manie, la maladie organique du cerveau, l’autisme, l’anorexie, la conduite dangereuse, la maladie d’Alzheimer, un comportement impulsif sans se soucier de la peine, et le comportement argumentatif. Comment on jamais pensé que ce serait «thérapeutique» pour induire chimiquement ces réactions, cela me dépasse. Pourtant, ces réactions sont exactement ce dont nous avons été témoins dans notre société au cours de la dernière décennie et demie en raison de l’utilisation généralisée de ces médicaments. En fait, nous avons même un nouveau vocabulaire à la suite avec des termes tels que «rage au volant», «suicide par policier », « assassiner / suicide», «va», «syndrome du faux souvenir, » postal « école de tir »,  » bi-polaire »- chaque troisième personne que vous rencontrerez plus – avec des taux faramineux de diabète de type antidépresseur induit et l’hypoglycémie. Vous souvenez-vous il ya deux décennies, quand les gens déprimés utilisés pour s’éclipser discrètement de se suicider plutôt que de tuer tout le monde autour d’eux et puis eux-mêmes comme ils le font tout en prenant des antidépresseurs ISRS? Une étude de l’Université de Californie du Sud en 1996 a porté sur un groupe de souris mutantes dans une expérience qui a terriblement mal tourné. Ces souris transgéniques étaient les créatures les plus violents qu’ils avaient jamais vu. Ils sont nés manque la MAO-A enzyme qui métabolise la sérotonine. À la suite de leurs cerveaux étaient inondés de sérotonine. Cet excès de sérotonine est ce que les chercheurs ont déterminé était la cause de cette violence extrême. Les antidépresseurs produisent le même résultat final car ils inhibent le métabolisme de la sérotonine. Ce sont des médicaments extrêmement dangereux qui doivent être interdits en tant que médicaments similaires ont été interdits dans le passé. Comme société, nous pensions jadis LSD et le PCP comme des médicaments miracles avec de grandes marges de sécurité chez l’homme. Nous n’avons jamais vu médicaments si semblables à ceux du LSD et le PCP que ces antidépresseurs ISRS. Tous ces médicaments produisent rêver pendant les périodes d’éveil. On croit que les niveaux de sérotonine élevés sur stimulent le tronc cérébral qui entraîne un manque de paralysie musculaire pendant le sommeil permettant ainsi au patient d’agir sur les rêves ou les cauchemars qu’ils ont. Le monde a été témoin clairement dans l’assassiner-suicide Zoloft induite par le comédien Phil Hartman et son épouse, Brynn. Connecticut a vu le cas Prozac induite par Kelly Soie il ya plusieurs années. Cette jeune mère a attaqué sa famille avec un couteau, puis réglez la maison en feu tuant tous mais sa fille de 8 ans qui a couru chez les voisins. Comme elle se tenait saignements et crier à l’aide, elle a expliqué: «Au secours! Ma maman est un cauchemar! » Sur la bouche des enfants, nous allons comprendre ces cauchemars pour ce qu’ils sont. Elle a compris que c’était quelque chose que sa mère ferait que dans un cauchemar, jamais dans la réalité. Ceci est connu comme un trouble du comportement en sommeil paradoxal. Dans le passé, il était surtout connu comme un état ​​de sevrage, mais la plus grande installation de sommeil dans le pays a signalé que 86% des cas, ils sont diagnostiquent sont les patients sous antidépresseurs. Parce que cela a été connu dans le passé comme condition manifestant principalement par le retrait de la drogue, vous devriez voir comment l’état dangereux de retrait de ces médicaments se révélera être. C’est pourquoi il est si important de s’assurer que les patients sont sevrés très lentement afin d’éviter tout risque d’entrer dans un état ​​de retrait

    comment les laboratoires nous rendent fou
    Cette enquête raconte comment les labos pharmaceutiques font de maladies avérées, mais relativement rares, un risque général de santé publique et rendent pathologiques des maux normaux de l’existence. Depuis le début des années quatre-vingt-dix, la recherche pharmaceutique en santé mentale stagne. Pourtant le nombre de patients traités pour des dépressions a été multiplié par 15 en 40 ans, si bien qu’un Français sur quatre consomme des psychotropes au cours d’une année. De nombreuses études scientifiques ont démontré l’efficacité douteuse, parfois la dangerosité de ces traitements, mais sans changement, car les laboratoires ont la main sur le secteur de la recherche et étouffent les études défavorables. Sous l’impact de l’industrie pharmaceutique, la timidité devient un « trouble de l’anxiété sociale », les tensions familiales sont le syndrome « du tigre en cage » ou celui « de l’aliénation parentale »… Le nombre de maladies mentales répertoriées par le DSM, le manuel international de classification des troubles mentaux, est passé de 77 à 525 depuis 1952 ! Les liens financiers de ses rédacteurs avec les laboratoires pharmaceutiques ne sont pas un secret. Le processus de mise sur le marché d’un nouveau médicament est toujours le même : un laboratoire pharmaceutique finance une étude scientifique et des médecins comme porte-paroles. Au préalable ou ensuite, la pathologie est reconnue par le DSM, puis un traitement est lancé, avec des campagnes marketing ciblées sur le grand public et les médecins prescripteurs. Cette pratique théorisée par l’un des grands maîtres du marketing américain, Vince Perry porte un nom : la vente (ou fabrication) de maladies.

    Les antidépresseurs ont envahi notre vie quotidienne.Ils sont désormais prescrits largement par les médecins généralistes. Mais toute la lumière sur les propriétés et les dangers des antidépresseurs n’a pas été faite.
     
    Comment et pourquoi cesser de prendre les médicaments psychiatriques
     
    Effet secondaire tueur La recherche suggère que les individus de tous âges doivent être étroitement surveillés pour des pensées et des comportements suicidaires et homicides pour 1 mois après avoir commencé à prendre des antidépresseurs, comme les ISRS, et après ils augmentent leur dose. Les individus devraient aussi être étroitement surveillés quand ils cessent de prendre des antidépresseurs.

    votre commentaire
  • « Les médecins portent la responsabilité du crime qui consiste à avoir produit des milliers de toxicomanes », dr. H. M. Shelton

    drogues et dépendances
    "Les pires ravages attribués à la drogue ne passent pas l'action véreuse d'un dealer propriétaire d'un coin de rue, mais par celle d'un vénérable médecin lové dans son cabinet"

    "Il est plus difficile de sevré les personnes des benzodiazepines que de l’héroïne." professeur m Lader (1999)

    votre commentaire
  • Pour la première fois en France une affaire pourrait directement impliquer un antidépresseur dans le déclenchement d’une tuerie

    Ainsi en 2001 aux Etats-Unis un laboratoire avait été condamné à verser 6 millions de dollars aux proches d’une famille ayant connu le même sort que les Bécaud.
     
    Le point
     
    Le Parisien
     
    Le figaro
     
    Le Progrès

    votre commentaire
  • Madness médicaments (2008)

    Image
    Médicaments Madness
    Le rôle des médicaments psychiatriques dans les affaires de violence , le suicide et l' Assassinats
    par Peter Breggin , M.D.

    Maintenant, en format de poche !

    Saint-Martin de presse 2008
    Médicaments Madness drame se lit comme un thriller médical, histoire véritable crime salle d'audience, et , mais il est fermement ancrée dans les dernières recherches scientifiques et des dizaines d'études de cas . La vie des enfants et des adultes dans ces histoires , ainsi que la vie de leurs familles et leurs victimes , ont été jetés dans la tourmente et parfois détruits par les effets imprévus des médicaments psychiatriques . Dans certains cas, notre société tout entière a été transformée par les conséquences tragiques .


    De nombreuses catégories de médicaments psychiatriques peuvent provoquer des réactions potentiellement épouvantables .
    Prozac , Paxil , Zoloft , Adderall , Ritalin , Concerta , Xanax , le lithium, le Zyprexa et d'autres médicaments utilisés en psychiatrie peut fasciner les patients en leur faisant croire qu'ils sont meilleurs lorsque trop souvent, ils sont de plus en plus mal . médicaments psychiatriques poussent certaines personnes dans la psychose , manie , dépression, suicide , Agitation, violence compulsive et la perte de maîtrise de soi , sans se rendre compte que les individus de leurs médicaments ont déformé leur façon de penser et de sentir .
     
    Commandez-le maintenant !
     
    Les médicaments pour tout, de dépression et d'anxiété pour le TDAH et l'insomnie sont prescrits en nombre alarmant à travers le pays , mais la «guérison» est souvent pire que la folie problem.Medication original est un regard fascinant , effrayant et spectaculaire le rôle que la psychiatrie médicaments ont joué dans une cinquantaine de cas de suicide , assassiner , et d'autres comportements violents, criminels , et bizarre .

    En tant que psychiatre qui croit en détention les personnes responsables de leur conduite , le poids des preuves scientifiques et des années d' expérience clinique a finalement convaincu le Dr Breggin que les drogues psychiatriques causent souvent des individus à perdre leur jugement et leur capacité à contrôler leurs émotions et leurs actions . Médicaments Madness soulève et examine les questions entourant la responsabilité personnelle en cas de comportement semble entraînée par la drogue induit des effets indésirables et d'intoxication.

    Dr. Breggin personnellement évalué le cas dans le livre dans son rôle en tant que psychiatre traitant , consultant ou un expert médical. Il a interviewé des survivants et des témoins , et a examiné médical complet , professionnel , éducatif et dossiers de la police . La grande majorité des individus mené une vie exemplaire et n'a pas commis d' actes criminels ou bizarres avant de prendre les médicaments psychiatriques .

    Ce livre documente la façon dont la FDA , l'établissement médical et l'industrie pharmaceutique ont trop vendu la valeur des médicaments psychiatriques . Il sert une mise en garde au sujet de notre dépendance à l'égard des produits chimiques potentiellement dangereux psychoactives pour soulager nos problèmes émotionnels et offre une approche positive de la prise charge personnelle de nos vies .

    votre commentaire
  • When Mothers Kill: America's Serotonin Nightmare (SSRIs)
     

    zoloft, déroxat/paxil...
     

    Les drogues sérotoninérgiques tuent


    protégez votre famille !


    votre commentaire